49.3 et blocages : un Gouvernement minoritaire et des syndicats sclérosés

Bay Dijon 31 mars 2016

Éditorial de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National du 27/05/2016

Si les blocages et la prise en otage des Français par la CGT sont inacceptables, il convient de ne pas oublier qu’il s’agit bien d’une conséquence de l’obstination anti-démocratique du gouvernement à travers l’utilisation, désormais à répétition, du 49.3. En pleine dérive autoritaire, François Hollande et Manuel Valls portent une écrasante responsabilité dans le désordre actuel.

La loi El Khomri est rejetée par 70% des Français et réussit l’exploit de voir communier dans son refus la CGT et le MEDEF. Telle qu’elle a été adoptée, cette loi fragilise les salariés tout en n’apportant aucune réponse aux dirigeants de TPE et PME qui réclament avant tout un allègement des charges et des contraintes pesant sur leurs entreprises.

A l’attitude d’un gouvernement minoritaire, y compris dans son propre camp, répond celle d’un syndicat ultra-minoritaire. Ne rassemblant plus que 2,6% des salariés, la CGT se radicalise à mesure que sa représentativité s’écroule. Sa récente campagne de communication contre la police en était une flagrante illustration.

Au lieu d’imposer une loi dont personne ne veut et dont le retrait s’impose, le gouvernement ferait mieux de se pencher sur une réforme de la représentativité syndicale permettant enfin de rétablir un véritable dialogue social apaisé dans notre pays.