Drogue, armes et haine de la France !

Aliot Louis FN

Communiqué de Presse de Louis Aliot, Vice-président du Front National du 25/04/2016

Le modèle de gestion des quartiers perpignanais a été une erreur : la preuve par l’expression culturelle de certains « jeunes »

https://www.youtube.com/watch?v=lgDVHbCXUhY

http://www.youtube.com/watch?v=3s5xOSwwEew&sns=em

Un clip misogyne, une apologie de la violence, une banalisation des armes à feu, la promotion du trafic de drogue, la justification du crime jalonnent l’expression haineuse de cette troupe de Rap à Perpignan.

Cette culture de la violence, de la haine, dans une mise en scène où flottent des drapeaux étrangers (algérien et marocain) est l’expression d’un message antifrançais et antirépublicain très inquiétant dans une ville où le maire communautariste se targue pourtant d’une gestion paisible des quartiers.

Cette « expression musicale » à la fois brutale et violente n’a rien à envier à ce que l’on a déjà connu par le passé. Ces clips ne sont pas neutres ou anodins, et l’impact qu’ils peuvent avoir sur une jeunesse marginalisée et communautarisée est une bombe à retardement.

Après les attentats abominables que nous avons connus et tous les Molenbeek qui existent à l’échelle de l’Europe, cet énième exemple devrait interpeller les pouvoirs publics de la base au sommet. Ce gangstérisme musical est aussi l’expression la plus radicale de la loi du marché où la haine, même culturelle et musicale, est un bien de consommation comme un autre.

Où est donc passée la ministre socialiste Neuville chargée de l’exclusion ? Elle ne peut réagir à Orelsan (le fameux clip de « sale pute ») sans réagir à ceux-là !

Comment un maire LR-UDI-PS de Perpignan qui souhaite une police municipale armée de fusils d’assaut peut-il tolérer ce genre d’expression dans nos quartiers ?

Est-il vrai qu’il a même donné son autorisation au tournage de ces clips ?