Electricité : la libéralisation européenne fait s’envoler les prix !

Philippot Bourgogne

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 16/06/2016

28 millions de ménages français vont recevoir une facture d’électricité dite de rattrapage, à hauteur de 1,5 euro par mois pendant 18 mois si on en croit la ministre Ségolène Royal. Cette ponction sur le pouvoir d’achat de nos compatriotes fait suite à une décision du Conseil d’Etat qui a contraint l’Etat à augmenter plus fortement que prévu les tarifs d’électricité réglementés. Cette hausse rétroactive pourrait ne pas être la dernière, car d’autres augmentations des prix jugées trop modérées ont été attaquées en justice depuis.

Le Conseil d’Etat avait été saisi fin 2014 par une association, l’ANODE, qui regroupe des concurrents d’EDF.

Cette décision ne tombe pas de nulle part : elle s’appuie sur la fin du monopole d’EDF et les règles européennes de libéralisation du marché de l’électricité, contenues dans les Traités européens, des directives, et déjà largement transposées en droit national.

Largement à leur insu, les Français se sont faits dérober leur service public, au bénéfice d’une libéralisation qui assure une moindre qualité de service et des tarifs toujours plus élevés. Ce malheureux épisode le confirme une nouvelle fois. L’Etat pour sa part n’a plus la liberté de gérer souverainement un secteur aussi stratégique que celui de l’électricité.

La France devra se défaire de ces règles de l’Union Européenne et se battre à chaque instant, via un Etat stratège et souverain, pour un service public de l’électricité performant, moderne et à moindre coût. Ce principe de gouvernement vaudra pour l’ensemble des services publics.

Front National