La déchéance de la nationalité, une mesure insuffisante mais symbolique

Rachline Ravier Sénat

Communiqué des Sénateurs David Rachline, Sénateur du Var et de Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône du 22/03/2016

Nous avons voté cet après-midi au Sénat le projet de révision constitutionnelle sur la déchéance de la nationalité. Dans le débat qui agite la vie politique française sur cette question, il nous apparaît évident de voter cette mesure que le Front National réclame depuis 30 ans.

Son inscription dans la Constitution aujourd’hui ne nous fait pas oublier que cette possibilité existe déjà dans nos lois.

Qu’attendons-nous pour l’appliquer ? Nous notons aussi la grande insuffisance de cette mesure qui parait bien dérisoire face aux drames dont nous sommes témoins. Bien au-delà de la déchéance, nous sommes contre la binationalité, contre l’octroi de la nationalité française à tout va, celle-ci devant s’hériter ou se mériter. Bien évidemment ces questions sont bien secondaires faces aux réalités guerrières auxquelles nous sommes confrontés. Ce que nous répétons sans nous lasser, constatant que les terribles événements qui endeuillent nos nations mois après mois nous donnent raison, c’est que l’immigration de masse favorisant les déplacements des terroristes doit cesser impérativement, que les frontières, nos routes, nos trains doivent être contrôlés, que les imams radicaux doivent être expulsés et que les mosquées salafistes doivent être fermées.

Si nous devons lutter contre la haine, il s’agit bien de celle dont les terroristes font preuve à notre égard.

Ne nous trompons pas d’ennemis.

Il est grand temps de répondre avec des actes et non des paroles à la barbarie islamiste.