M. Tavares doit renoncer à sa rémunération indécente

 

Montel Philippot

 

Communiqué de Florian Philippot et Sophie Montel, Députés français au Parlement européen du 29/03/2016

 

PSA, entreprise dont l’Etat est actionnaire à hauteur de 14,13%, a déboursé la somme de 5,24 millions d’euros pour la rémunération de son patron, Carlos Tavares, et cela pour la seule année 2015.

 

Ce doublement du salaire du patron de PSA, véritable humiliation pour l’Etat qui s’y était opposé, nouvelle preuve de l’abandon de toute volonté politique de préserver un État stratège et protecteur, constitue surtout une véritable injustice sociale.

Depuis des années les salariés de PSA se serrent la ceinture : gel des salaires depuis mars 2012, heures supplémentaires moins payées, suppression de plusieurs primes, fermeture de l’usine PSA à Aulnay et plus de 10.000 licenciements… Pour eux, une augmentation générale des salaires aurait eu du sens.

Cette décision de PSA défie toute morale mais également tout bon sens économique : on ne sache pas que PSA se porte encore assez bien pour dilapider des millions. Il serait plus judicieux de préparer l’avenir en réalisant des investissements en Recherche & Développement, toujours pertinents quand on sait l’importance d’être en pointe dans le domaine des technologies vertes.

Devant l’émoi provoqué, il est donc désormais absolument inimaginable que M. Tavares fasse comme si de rien n’était : il doit renoncer à une partie de cette somme, et PSA doit désormais revoir son mode de rémunération, en concertation avec les salariés du groupe.