Non ! L’écologie ne revient pas au Gouvernement

collectif Nouvelle écologie logo

Communiqué de presse du Collectif Nouvelle Ecologie du 12/02/2016

Le président Hollande vient d’annoncer un remaniement ministériel dont il ne faut rien attendre : retour de vieilles figures (Ayrault, Baylet), une myriade de secrétaires d’État inconnus… Dans ce « grand chamboulement » qui ne chamboule rien, l’arrivée de ministres écologistes mérite le commentaire. Les écologistes font leur retour au Gouvernement… mais l’écologie ?

Absent depuis deux ans du Gouvernement, les écologistes envoient cette fois-ci Jean-Vincent Placé et Emmanuelle Cosse. Ils gèreront la Simplification administrative et le Logement. Barbara Pompili accède, elle, à un secrétariat d’État. Mais avant tout, par leur présence, ces nouveaux venus au Gouvernement devront contenter les 3 ou 4 % d’électeurs susceptibles de donner leur confiance au président dès le premier tour de l’élection présidentielle… plutôt que de s’égarer sur une candidature verte.

Voilà l’écologie en 2016, et le parti censé la représenter officiellement ! Mais que pourront bien dire les représentants d’Europe Ecologie-Les Verts à l’heure de juger le Gouvernement sur ses politiques environnementales ? Que dira EELV de la poursuite par le gouvernement français du traité de libre-échange transatlantique TAFTA, de son désintérêt pour les infrastructures d’avenir, du ferroutage aux autoroutes de la mer, en passant par la possibilité d’un solaire français brisé par la Chine ? Que diront encore ces écologistes « officiels » de l’autorisation de nouveaux OGM, par la bonté de la Commission européenne ?

Les membres d’EELV pourront-ils sérieusement critiquer la politique gouvernementale sans qu’il leur soit rappelé que plusieurs d’entre eux — en l’espèce, une majorité — ont rallié cette même politique depuis 2012 ?

En vérité, si les écologistes reviennent bien au Gouvernement, l’écologie, ne cesse d’y être absente. Au mieux, n’est-elle incarnée que sous les traits d’une écologie punitive dénuée de pragmatisme… Les gouvernements de François Hollande ont beaucoup parlé d’écologie mais ont mis en place très peu des mesures nécessaires pour protéger l’environnement.

Jean-Vincent s’est placé, et quelques-autres avec lui. Mais l’écologie n’y gagne rien, demeurant un gadget quand elle devrait être un objectif transversal, commun à toutes nos politiques publiques.

Collectif Nouvelle Ecologie