Sommet agricole de Bruxelles : Phil Hogan enfume les éleveurs français !

FN Pupitre

Communiqué de presse du Front National‏ du 15/03/2016

Jamais en manque d’imagination pour imposer sa vision ultra-libérale totalement coupée des réalités, la Commission européenne vient d’inventer la régulation qui ne régule rien… Son commissaire à l’agriculture Phil Hogan, qui semble enfin reconnaître l’existence de la crise, propose de laisser aux opérateurs la possibilité de limiter volontairement leur collecte afin de lutter contre la surproduction. Ce système, qui existe déjà en France, n’a aucune chance de fonctionner s’il n’est pas imposer à l’ensemble des opérateurs et des producteurs de l’UE : pendant que les uns limitent leur production, les autres continueront d’augmenter la leur afin de gagner de nouvelles parts de marchés. Soit exactement la situation que subissent les éleveurs français depuis la fin des quotas, et ce au seul profit d’une poignée de concurrents acharnés bien décidés à leur prendre le plus de parts de marché que possible (c’est en autre le cas de l’Irlande de M. Phil Hogan).

Les autres mesures annoncées sont d’autant moins crédibles qu’elles ne sont pour le moment pas financées, la Commission européenne refusant d’utiliser la réserve de crise pour venir en aide aux éleveurs.

Enfin, après avoir imposé durant des années aux consommateurs français « la viande de nul part » et autres produits importés bas de gamme, la Commission « autorise » désormais la France à « expérimenter » l’étiquetage. Une mesure qui devait être imposée dès 2013, après le scandale des lasagnes à la viande de cheval, et que Bruxelles bloquait depuis. Que de temps perdu… Reste à savoir maintenant comment cette mesure sera mise en application, en particulier chez les fabricants étrangers…

Le Front National maintient bien entendu les mesures d’urgence demandées par sa présidente lors du Salon de l’Agriculture : démission de Phil Hogan « l’enfumeur », étiquetage obligatoire de toutes les denrées alimentaires, mise en place de vraies mesures de régulation des prix et des volumes, possibilité de favoriser les productions nationales dans les appels d’offre des marchés publics, la lutte contre le dumping social intra-communautaire, la levée immédiate des sanctions contre la Russie et la suspension des méga-traité de libre échange (Canada, USA, Nouvelle-Zélande, Australie, Ukraine…).